+33 612297436

Blockchain, la révolution que cache le Bitcoin

blockchain-technology-block-chain-bitcoin-distributed-ledger

Blockchain, la révolution que cache le Bitcoin

Utilisée par le Bitcoin, la technologie Blockchain est souvent prise pour ce dernier alors qu’il est fondé sur un usage très spécifique. Elle est en fait une technologie bien distincte dans la tradition des systèmes peer-to-peer comme Napster, Limewire ou Spotify. Pour faire simple, il s’agit d’un registre de données partagé, infalsifiable, transparent, et décentralisé. Les transactions sont enregistrées chronologiquement et forment un block (dont les données vont de la crypto-monnaie, droits de propriétés, jusqu’aux votes). Les utilisateurs tiennent collectivement le registre à jour, qui ne peut être modifié que selon des règles strictes et d’un commun accord. Ce système est annonciateur d’une révolution dont on ne saisit pas encore l’amplitude. Pour vous aider à en prendre la mesure, CartelTech dresse 4 usages innovants de la Blockchain.

  • Une nouvelle technique d’authentification :

Une Blockchain contient généralement toutes les transactions effectuées depuis le démarrage du système. Dès lors, les documents peuvent être notariés en intégrant des métadonnées attestant par exemple de la preuve de propriété. Plus besoin de « tiers-de-confiance » de type notaires, pour se porter garant de l’authenticité d’un document puisque les informations censées l’attester y sont à la vue de tous. Ces registres seraient utiles pour authentifier et tracer les œuvres d’art, les diamants mais aussi s’assurer qu’ils ne servent pas à financer des activités criminelles. C’est le projet porté par l’entreprise Everledger. Enfin, la traçabilité des aliments est un domaine exploré par IBM et Walmart. Ils ont ainsi développé un programme utilisant cette technologie pour vérifier la provenance, la température de stockage, et la date limite de conservation de la viande de porc en Chine. What’s next ?

How-the-Blockchain-Works

  • Des transferts rapides sans intermédiaires et sans coûts de transactions :

L’une des conséquences majeures de cette avancée technologique sera la désintermédiation dans les transactions de tous types. Parce qu’elle repose sur un modèle peer-to-peer, la blockchain permettra de diminuer voire supprimer les coût de transactions. Uber, Airbnb, Bookings, Blablacar centralisent actuellement l’information dans leur domaine, ainsi que les interactions entre les utilisateurs. Bien sûr, ils prélèvent au passage une commission sur la valeur en transit sur leurs plateformes. Ce ne sont pas les seuls, et selon l’ONG Overseas Development Institute, la diaspora africaine par exemple perdrait 2 milliards d’euros par an simplement à cause du coût d’envoi des transferts d’argents. Pour réduire ces coûts, des startups comme Acade City cherchent à connecter l’Offre et la Demande sans intermédiaires. Les deux parties s’accorderaient ainsi autour d’un prix, bien plus proche du prix d’équilibre du marché. Un prix plus juste ? C’est l’idée du projet.

  • Des contrats d’un nouveau type :

Les « smart contracts » sont des programmes autonomes qui une fois démarrés exécutent automatiquement des conditions définies au préalable. Leur fonctionnement repose sur un algorithme d’instruction conditionnelle de type “if – then” et permet que le contrat soit exécuté comme convenu, sans fraude. Dès lors, lorsqu’ils sont inscrits au sein d’une blockchain, ces smart contracts sont capables de surmonter le problème de l’aléa moral. En effet, une fois inscrits, ils ne peuvent être modifiés que par un nouvel accord des deux parties en question. Plus qu’utile pour réduire les coûts de vérification, d’exécution, d’arbitrage et de fraude des contrats traditionnels.

Business agreement handshake at coffee shop

  • Des levées de fonds ultra-rapide pour les startups basées sur la Blockchain :

L’ICO/ITO (Initial Coin/Token Offering) est une méthode de levée de fonds reposant sur un mix entre Blockchain et smart contracts. Elle consiste à échanger des actifs numériques émise par l’entreprise en besoin de financement contre la crypto-monnaie des souscripteurs. Les droits rattachés à ces actifs vont de l’accès exclusif aux services proposé par la plateforme, au droit de participation aux bénéfices de la société, voire au droit à la gouvernance… Par exemple, la startup Brave a levé 35 millions en 30 secondes. Du jamais vu ! Pour en apprendre plus sur ces levées de fonds 2.0, c’est par ici que ça se passe.  

bitcoin-2729807__340

Le potentiel de cette technologie est encore sous-évalué. Raison pour laquelle les entrepreneurs et start-uper supplient les législateurs de ne pas freiner l’innovation avec des règles néfastes. Néanmoins il va être difficile pour les autorités de ne pas mettre les mains sur cette technologie. Tant d’un point de vue législatif que pratique. Le Department of Homeland Security a par exemple investit 199 000$ pour développer un projet blockchain d’horodatage et d’identification des objets connecté à ses réseaux afin de lutter contre les hackers tels que M. Robot. Vous non plus, ne passez pas à côté de cette prouesse technologique.

Et si vous avez besoin d’aide ou de conseils, n’hésitez pas à contacter CartelTech, toujours là pour vous aider.

TECH IT EASY.

Team CartelTech